Publié le 27 Septembre 2017

"Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #@cashinvestigati), présenté par Elise Lucet, fait sa rentrée 2017-2018, mardi 26 septembre, avec une immersion inédite dans le monde merveilleux du travail. Et les chiffres sont alarmants : un quart des salariés partent travailler avec la boule au ventre, plus d’un tiers affirment avoir fait un burn-out et 43% ressentent des douleurs à cause de leur métier ! Derrière le succès de grandes entreprises se cachent parfois des méthodes de management qui peuvent casser les salariés.

Le magazine s’est intéressé à quelques-unes des plus incroyables réussites économiques. Il a notamment enquêté sur Lidl, l’un des géants de la grande distribution, 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 30 000 salariés en France. L’une des enseignes préférées des consommateurs est sortie du hard-discount en bouleversant les méthodes de travail de ses employés. Une révolution dans les magasins et les entrepôts que certains paient très cher sur leur lieu de travail.

"Les ouvriers du XXIe siècle"

Autre secteur, autre ambiance avec une plongée dans le monde de Free, fournisseur d'accès à Internet et opérateur de téléphonie mobile. Une image jeune, décalée, et son patron, Xavier Niel, qui déclare : "Les salariés dans les centres d’appels, ce sont les ouvriers du XXIe siècle. C’est le pire des jobs." Et "Cash" révèle leur précarité : bien souvent sur des sièges éjectables, quand ils se retrouvent à la porte, bon nombre partent sans indemnités de l’entreprise.

A découvrir également dans ce nouveau numéro, des témoignages rares de salariés sous tension qui racontent leur quotidien fait de pressions. Après la diffusion de cette nouvelle enquête, Elise Lucet reçoit des invités, des responsables politiques et des spécialistes sur le plateau pour animer un débat d’actualité au moment où la loi Travail est le grand chantier automnal du gouvernement.

"Travail, ton univers impitoyable", une enquête de Sophie Le Gall diffusée le mardi 26 septembre 2017 à 20h55 sur France 2.

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #DIVERS

Repost 0

Publié le 6 Septembre 2017

Mercredi 6 septembre matin, une délégation Force Ouvrière a été reçue au Ministère de l'économie et des finances pour aborder la fermeture du site de  3M Beauchamp et 3M Longvic.

Durant plus de deux heures, nous avons pu aborder ce sujet avec des représentants de l'Etat, Le niveau d'écoute et l'intérêt que ces derniers ont porté a nos arguments nous laisse penser que cet entretien ne restera pas vain.

L'impact social certain que des populations majoritairement âgées auront à affronter a, entre autres choses, été abordé.

La délégation Force Ouvrière était composée de :

Hervé Quillet, secrétaire de la Fédéchimie F.O.

Isabelle Siourilas, Déléguée Syndicale Centrale de 3M Bricolage et Bâtiment

Alain Doublet, Délégué syndical central de 3M France S.A.S.

 

Source : http://www.fo3mbeauchamp.com/2017/09/delegation-f.o.au-ministere-de-l-economie-et-des-finances.html 

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #3M FRANCE

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2017

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2017

Le gouvernement vient de rendre publiques les ordonnances sur la réforme du travail. 

La confédération FO a annoncé que dans les instances consultatives qui se tiendront dans les quinze jours où seront présentées ces ordonnances, elle votera contre.

L’Union Départementale FO partage totalement cette position et exige le retrait des ordonnances dans la continuité de son combat pour l’abrogation de la loi El Khomri.

Celles-ci vont encore plus loin dans la remise en cause de la hiérarchie des normes. Pas étonnant que les organisations patronales applaudissent. Il sera possible d’installer dans les branches des conditions moins favorables que le Code du Travail en matière de recours aux CDD, à l’intérim où aux contrats de chantier. Il sera possible de discuter et conclure des accords dans les entreprises moins favorables que la convention collective en matière de primes, treizième mois, congés supplémentaires…

Les conventions collectives devront prévoir des droits différents pour les salariés des petites entreprises (moins de 50) et le ministère pourra refuser d’appliquer une convention dans toutes les entreprises si elle « porte une atteinte excessive à la libre concurrence ».

Autre satisfaction pour les patrons, il sera possible de négocier des accords directement avec des élus non syndiqués dans les entreprises de moins de 50 salariés et même dans les moins de 20 de faire « ratifier » directement un accord par les salariés. C’est une brèche ouverte au monopole des organisations syndicales à négocier qui date de 1936. C’est une attaque directe contre les confédérations syndicales : « sans syndicalisme libre, pas de démocratie ! ».

Dans la continuité de la loi Rebsamen, CE, DP et CHSCT seront désormais fusionnés dans toutes les entreprises dans un « comité social et économique » : moins d’élus pour défendre les salariés, moins de moyens à leur disposition. Les CHSCT vont disparaître dans les entreprises de moins de 300 salariés

Pour faciliter les licenciements économiques, les multinationales ne devront justifier que de leur santé économique en France. 

Pour faciliter les licenciements individuels, un barème de dommages intérêts en cas de licenciement abusif est créé qui permettra aux patrons de provisionner. Sans compter, que l’employeur pourra modifier la lettre de licenciement. La légère augmentation des indemnités légales de licenciement, qui par ailleurs sont déjà présentes dans de nombreuses conventions collectives, ne peut constituer une compensation.

Enfin, le compte pénibilité qui rencontrait l’opposition du MEDEF est remplacé par un compte prévention, bien moins favorable.

Dans la continuité de sa mobilisation contre la loi El Khomri, le bureau de l’Union Départementale FO exige le retrait des ordonnances.

Celles-ci se situent dans un ensemble de mesures d’austérité contre les salariés que le gouvernement a décidées et que FO combat : 

  • suppressions d’emplois de fonctionnaires, 
  • gel du point d’indice, 
  • augmentation de la CSG, 
  • remise en cause des APL,
  • mise au chômage de centaines de milliers d’emplois aidés…

Dans le même temps où le Président Macron fait mine de mener une bataille contre les travailleurs détachés, il ferme les yeux sur les entreprises qui délocalisent comme 3M Beauchamp, Semperit, etc.

L’Union départementale FO mettra tout en oeuvre pour préparer une mobilisation la plus large possible pour les revendications claires :

  • Retrait des ordonnances travail, 
  • Abrogation de la loi El Khomri 
  • Augmentation Générale des salaires et du point d’indice, 
  • stop aux suppressions de postes

St Ouen l’Aumône, le 4 septembre 2017

ADOPTE A L’UNANIMITE

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2017

Les ordonnances sur le code du travail ont été rendues publiques par le gouvernement.


La commission exécutive souligne le travail réalisé par la confédération depuis trois mois en application du réformisme militant qui se traduit par l'obtention de certaines garanties et le blocage de nombreuses dispositions.


A contrario, nombre d'éléments constituent aujourd'hui une régression sociale et sont en tant que tels inacceptables, ce qui explique notamment que dans les consultations officielles et obligatoires qui seront organisées, FO votera contre, et ce d'autant qu'à la lecture des textes d'autres éléments négatifs apparaissent.


Par ailleurs la commission exécutive considère qu'il faut d'ores et déjà examiner les possibilités de recours juridiques et estime qu'il est important que les confédérations syndicales puissent échanger rapidement entre elles sur la situation.

 

Elle demande au Bureau Confédéral d’examiner toute initiative permettant de développer les positions FO.

 

Adoptée : 28 pour ; 5 contre.

 

 

Paris, le 4 septembre 2017

 

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0