Publié le 26 Novembre 2010

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 26 Novembre 2010

Depuis aujourd'hui arrive dans vos boites aux lettres ou dans vos boites mails (Cadres) un questionnaire mené par le cabinet TECHNOLOGIA agrée par le ministère du travail.

Questionnaire portant sur une expertise sur les conditions de travail des salariés des sites de production et de distribution de 3M en france.

 

 

 

 

 

Il est important que tous les salariés se sentent concernés et répondent au questionnaire envoyé par Technologia. Les conditions de travail de chacun de nous en dépendent.

 

 

 

Ci dessous la communication de la direction.

 

La Direction et les Organisations Syndicales du Groupe 3M en France poursuivent une réflexion sur les conditions de travail des salariés. Le « Comité de Pilotage »* formé dans cette perspective a décidé de recourir à un cabinet indépendant et agréé par le Ministère du travail afin d’effectuer une étude auprès des salariés des sites de production et de distribution de 3M en France.

Cette décision intervient pour mieux comprendre et prévenir des situations d’insatisfaction, de stress, et parfois de souffrance au travail. Les causes peuvent être liées à la vie professionnelle ou à la vie privée. Cependant, l’expertise portera uniquement sur les facteurs professionnels (l’organisation du travail et le rapport à la charge de travail, l’autonomie au travail, le soutien, la reconnaissance, le système de management, la perception de l’avenir…).


Il s’agit d’une étape essentielle dans la compréhension des ressentis des salariés et nous vous demandons à ce titre d’y accorder une grande importance et de ne pas négliger la démarche même si vous ne vous considérez pas vraiment concerné.

Le choix du Comité de Pilotage s’est porté sur le cabinet TECHNOLOGIA, cabinet expérimenté, qui devra :

  •  
    • Établir un diagnostic neutre sur les facteurs d'origine professionnelle pouvant générer des risques psychosociaux,
    • Élaborer des propositions concrètes visant à les réduire et à les prévenir.


L’expertise se déroulera en deux temps :

  •  
    • Tout d’abord la diffusion d’un questionnaire,
    • Ensuite la tenue d’entretiens avec des salariés choisis de manière aléatoire sur chacun des sites de production et de distribution.


Le questionnaire sera adressé par mail ou par courrier à partir du 29 novembre  2010 à l’ensemble des salariés. Vous aurez, si vous le souhaitez, la possibilité d’y répondre jusqu’au 19 décembre 2010. Ce questionnaire portera sur votre situation de travail et sur la manière dont vous la vivez au quotidien. Seuls les consultants de TECHNOLOGIA auront accès aux réponses, qui seront traitées de manière à garantir l’anonymat des répondants.

Dans une seconde phase, des entretiens individuels confidentiels seront effectués par le cabinet TECHNOLOGIA avec, sur chaque site, des salariés de différents services et métiers, choisis de manière aléatoire et en fonction de critères objectifs, afin d’obtenir une diversité de points de vue et de situations vécues.

Ces entretiens, qui ne sont pas obligatoires, seront organisés sur le temps de travail et réalisés dans un espace assurant la confidentialité des propos exprimés. Ils se tiendront au cours du mois de février 2011.

Pour ce faire, l’équipe du cabinet TECHNOLOGIA, qui réalise l’expertise, est composée de spécialistes, à savoir de sociologues des organisations et de psychologues du travail.

L’anonymat et la confidentialité faisant partie des fondements de la démarche du cabinet TECHNOLOGIA, le rapport d’expertise ne comportera aucune information de nature à pouvoir identifier un salarié.

Afin que les résultats de cette expertise soient significatifs, nous attendons une large participation de toutes et tous et vous remercions du temps que vous voudrez bien y consacrer.

Le Comité de Pilotage.

* Le Comité de Pilotage : Direction, Organisations syndicales, Environnement Hygiène Sécurité.

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #SOA LOGISTICS SAS

Repost 0

Publié le 23 Novembre 2010

Bonsoir

 

Ci dessous l'ordre du jour du CE de Novembre

 

ORDRE DU JOUR :

 

1.      Approbation du CE du mois d’octobre

2.      Point sur l’activité et les indicateurs sociaux – embauches, recrutement en cours, effectifs, absentéisme, intérim.

3.      Un agrandissement est prévu pour Juechen : Quel impact cela aura-t-il pour SOA à court et moyen terme?

4.      Quelle est la masse salariale SOA à fin octobre ? Quel pourcentage allez-vous appliquer aux œuvres sociales pour l'année 2011 ?

5.      Retour d'information du process RPS en cours.

6.      Retour d'information de la direction sur les contrats de professionnalisation intérim.

7.      Où en est le projet Reship ?

8.      Quelle est la tendance de la réserve de participation ?

9.      Pourquoi dans la dernière communication d'AXA, les formulaires d'abondement n'ont pas été joints ?

10.  Quel est le positionnement du rôle du chef de groupe Douanes/transport comme affiché sur le panneau des offres d'emploi ?

11.  De nombreux départs vont se passer au niveau du service de customisation, comment la direction prépare-t-elle l'avenir de cette zone ?

12.  Il y a quelques semaines, un problème de dating a impacté le taux de service du centre. Le taux de service est en lien direct avec l'intéressement, que compte faire la direction ?

13.  Pouvez-vous nous donner les jours chômés SOA Logistics pour l’année 2011 ?

14.  Quand commenceront les négociations sur le temps de travail et sur la NAO ?

15.  Comment vont être organisées les récupérations pour les compteurs 2010 ?

16.  Quand est prévue la mise en place du standard work pour les animateurs de cellule ?

17.  Retour d'information sur le plan d'actions lié à la communication du plan sénior

18.  Où en est la filière administrative ?

19.  Information sur l'achat d'un matériel informatique sur le budget de fonctionnement

20.  Point sur les commissions

21.  Points divers

 

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #SOA LOGISTICS SAS

Repost 0

Publié le 19 Novembre 2010

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2010

FO a organisé mardi une conférence nationale sur les conséquences de Révision générale des Politiques publiques. Il en ressort que les réductions des dépenses publiques se sont faites au détriment des impératifs des missions régaliennes de l’Etat.
Comme elle l’avait fait l’an dernier pour le secteur privé, la Confédération FO a organisé mardi à la Bourse du travail de Paris une conférence nationale pour la fonction publique. Quelque 350 représentants syndicaux sont venus expliquer concrètement comment la mise en œuvre sans discernement d’un certain nombre de réformes structurelles liées à la Révision générale des Politiques publiques (RGPP) impacte au quotidien l’exercice des missions de service public sur tout le territoire.

Lancée en 2007 pour «accélérer» la réforme de l’Etat, la RGPP visait, selon ses promoteurs ministériels, à dépenser mieux pour un service public plus efficace et plus proche des citoyens. Dans les faits, la RGPP s’est traduite surtout par une réduction drastique des effectifs dans la fonction publique d’Etat et hospitalière via le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. «On a fait nos calculs: sur 2007-2012, c'est 400.000 suppressions de postes dans la fonction publique d'Etat (administrations, services déconcentrés, établissements publics et opérateurs), et 500.000 si on ajoute la fonction publique territoriale et l'hospitalière», a résumé le leader de FO Jean-Claude Mailly, présent à la tribune aux côtés de Anne Baltazar, secrétaire générale de la fédération générale des fonctionnaires FO, et de Didier Bernus, secrétaire général de la fédération FO des services publics et de Santé. Les administrations et les établissements ont été contraints de réorganiser leurs services avec les moyens du bord. Quitte à se débarrasser de missions jugées moins prioritaires que d’autres avec des conséquences multiples pour les usagers.

«Avec la baisse des effectifs, on nous a fixé des objectifs de taux de réussite au permis de conduire supérieurs à ceux qui existaient auparavant alors que la formation des automobilistes est le premier gage de sécurité sur les routes», a rapporté Pascale Maset, inspectrice du permis de conduire (SNICA-FO). Il en est de même dans la police où les suppressions de postes ont entraîné inévitablement des «transferts de tâches» au mieux vers les polices municipales, et au pire vers des sociétés de sécurité privées bien qu’elles ne soient pas qualifiées pour ça, a souligné Nicolas Comte de FO-Police. Le dilemme est identique chez les sapeurs-pompiers professionnels qui voient, eux aussi, faute de personnels suffisants, certaines de leurs missions de secours confiées aux services payants d’ambulanciers privés. Dans le secteur de la Santé, pour continuer à fonctionner notamment dans le cadre de la loi Hôpital Patient Santé Territoires, les établissements publics hospitaliers ont dû regrouper leurs services avec des cliniques privées, dont la rentabilité des actes médicaux est le seul moteur. Jacques Bodin, du Centre hospitalier universitaire de Caen (Calvados), a détaillé ainsi les «dysfonctionnements» de la prise en charge des patients aux urgences du Groupement de coopération sanitaire rassemblant dorénavant la polyclinique privée de Deauville et l'hôpital public de Honfleur. «Les services de l'hôpital public doivent verser une redevance mensuelle pour emprunter certains couloirs menant à la polyclinique», a-t-il notamment dénoncé.

La RGPP a conduit également à faire pression sur les agents via la fixation d’objectifs de résultats intenables. «Elle se traduit par des morts dans la fonction publique. On a vu des fonctionnaires qui se sont suicidés après avoir mis en cause exclusivement leurs conditions de travail», a précisé Pascal Pavageau, secrétaire confédéral de FO, avant d’évoquer le spectre de France Télécom. Mais «elle tue aussi les usagers», a-t-il ajouté, en référence à la tempête Xinthia, dont les services de Météo-France auraient pu mieux mesurer les risques s’ils n’avaient pas subi de profondes restructurations.

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #JOUR APRÈS JOUR

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2010

Le Conseil National de la Consommation (CNC)a rédigé un guide en vue de clarifier les allégations environnementales les plus couramment employées sur les produits pour que les consommateurs disposent de repères.

 

Professionnels et consommateurs se sont mis d'accord sur les conditions d'emploi de sept expressions, telles que « durable », « responsable », « biodégradable »… ou encore, pour les produits non alimentaires, « bio » ou « naturel »,

Ce guide pratique est consultable sur le site du CNC ; il est accessible ci-dessous également.

 

http://www.bercy.gouv.fr/conseilnationalconsommation/

 

Le CNC poursuit actuellement ses travaux de clarification pour huit autres allégations qui donneront lieu à un second tome du guide pratique au tout début de l'année prochaine ; la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes intensifiera ses contrôles sur la loyauté des allégations environnementales.

 

L'afoc est co-rapporteur pour les consommateurs de ce groupe de travail du CNC sur les allégations environnementales

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #AFOC

Repost 0

Publié le 10 Novembre 2010

LA FICELLE ÉTAIT TROP GROSSE

Tous les articles relatifs à la médecine de travail qui avaient été introduits dans la loi sur la réforme des retraites ont été déclarés «contraires à la Constitution».
 
Le Conseil constitutionnel a censuré l’ensemble des articles relatifs à la refonte totale de la médecine du travail que le gouvernement avaient ajouté (par amendements) à sa réforme des retraites. Ces treize articles ont été déclarés «contraires à la Constitution» par les Sages car ils constituent des «cavaliers législatifs». Un cavalier législatif étant un article de loi qui introduit des dispositions qui n'ont rien à voir avec le sujet traité par le projet de loi.

Profitant de l’examen de son projet de loi sur les retraites à l’Assemblée nationale, le gouvernement avait fait en effet voter une série d’amendements relatifs à l’organisation et aux missions de la médecine du travail. L'un d’eux disposait notamment de recourir à des médecins généralistes sous couvert de mieux suivre certains salariés du tertiaire (employés des services à la personne, intermittents du spectacle, VRP...). Et ce alors même que les médecins de ville ne sont pas compétents en la matière (connaissance de l'entreprise ou de la situation professionnelle des salariés visés).

Dans le même esprit, un autre amendement devait ouvrir la possibilité aux internes en médecine de remplacer les médecins du travail pendant leurs absences mais aussi de transférer certaines responsabilités aux infirmier(e)s dévolues aujourd’hui aux seuls médecins du travail. Quitte à transgresser la règle du code de santé publique interdisant aux infirmières de poser un diagnostic en lieu et place d’un praticien. Pour compléter le dispositif, il était prévu également que «les missions des services de santé au travail (puissent être assurées) par une équipe pluridisciplinaire» sous l’autorité de l’employeur.

Ce projet revenait non seulement à asseoir plus que jamais le contrôle patronal sur le médecin du travail mais aussi à transférer aux employeurs une partie de ses prérogatives, avait alors dénoncé la confédération FO. Laquelle ne peut aujourd’hui que se féliciter de la décision du Conseil constitutionnel puisqu’elle met un coup d’arrêt aux velléités gouvernementales de livrer la médecine du travail aux desiderata patronaux dans les entreprises.

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #JOUR APRÈS JOUR

Repost 0

Publié le 9 Novembre 2010

argu9112.jpg
 
Introduction de Jean-Claude Mailly 
 
Affichette Chronologie 
 
Chronologie détaillée 
 
 
Lettre à Eric Wœrth du 8 juillet 2010
 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2010

DÉCLARATION DU BUREAU DE FORCE OUVRIÈRE

 

DU 8 NOVEMBRE 2010

 

 

Parce que le projet de loi sur les retraites est dicté par des raisons liées aux marchés financiers et aux engagements restrictifs au plan européen, ce qui en fait un élément clef du plan d’austérité mis en place.

Parce que ce projet constitue une contreréforme très largement rejetée par les salariés et se situe à l’opposé des propositions et revendications défendues et déclinées par Force Ouvrière.

Dès le départ Force Ouvrière a revendiqué le retrait de ce projet pour une autre réforme basée sur le financement et répondant aux besoins sociaux.

De la même manière, convaincue qu’il faudrait un rapport de force important pour faire reculer le gouvernement à différentes reprises, Force Ouvrière a proposé un appel commun des confédérations à 24 heures de grève franche public/privé, point d’appui pour un élargissement déterminant du mouvement. Ce fut encore le cas le 4 novembre 2010, avant la promulgation de la loi, lors de la dernière réunion des syndicats, proposition refusée par les autres organisations.

Convaincue, parallèlement, que l’unité d’action était nécessaire, Force Ouvrière s’y est pleinement engagée, sur ses positions, dès le 7 septembre. Plusieurs manifestations inédites et exceptionnelles par leur nombre et leur ampleur n’ont pas fait céder le gouvernement qui a affiché un mépris et une conception autoritaire du dialogue social.

Pour le bureau confédéral de Force Ouvrière, tout n’a pas été tenté pour obtenir satisfaction, notamment l’appel commun à 24 heures de grève pour solidifier, coordonner et unifier un mouvement qui a pris la forme de grèves reconductibles, de débrayages, de manifestations et d’actions.

Force Ouvrière continuera à marteler ses positions et revendications et à prendre des initiatives en matière de retraites dans les semaines et mois à venir, excluant de faire oublier ou de zapper les retraites au profit d’autres dossiers qui seront traités à part et sur lesquels notre cahier revendicatif est prêt.

Le bureau confédéral confirme, par ailleurs, son opposition à toute mise en place d’un régime unique par points ou comptes notionnels, antichambre de la capitalisation.

Dans le même temps, y compris par respect des salariés qui ont fait grève, Force Ouvrière ne saurait s’engager ni dans une stratégie d’oubli ou de diversion, ni dans une stratégie d’épuisement.

Pour toutes ces raisons, Force Ouvrière ne participera pas à la réunion des syndicats du 8 novembre et réaffirme sa pleine disponibilité et son plein engagement pour construire réellement le rapport de force dans une démarche de résistance et de reconquête.

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 3 Novembre 2010

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #UD FO 95

Repost 0