Publié le 30 Septembre 2009

Bonsoir à tous

 

 

Suite à la réunion de ce jour, voici ce que nous pouvons dire :

 

Quelques avancées ont eu lieu mais nous sommes encore très loin de nos revendications de base.

 

Deux autres réunions auront lieu d’ici le prochain CCE du 14 Octobre.

 

Nous allons nous faire assister du cabinet Apex (Notre Expert CCE).

 

L’ensemble des organisations syndicales de SOA vont se rencontrer la semaine prochaine.

 

 

Bonne soirée à tous

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #3M FRANCE

Repost 0

Publié le 30 Septembre 2009

Bonsoir à tous

C'est par le comuniqué ci dessous que la direction du groupe 3M Fance vient d'annoncer la fermeture du site CUNO Les Attaques pour le second trimestre 2010.




MESSAGE DESTINE A L'ENSEMBLE DES COLLABORATEURS de 3M EN FRANCE

(Afin de ne pas voir apparaître l'intégralité de la liste des destinataires, ce message est envoyé en bcc)


Nous avons informé, aujourd’hui, les partenaires sociaux de CUNO et les salariés de CUNO Les Attaques de notre intention de conduire une procédure d’information-consultation relative à un projet de réorganisation des activités industrielles de CUNO en France, dont la mise en œuvre impacterait notre site de Les Attaques (Pas-de-Calais).

Ce projet vise à sauvegarder la compétitivité de l’activité, face aux difficultés croissantes rencontrées sur le marché européen de la filtration liquide. Dans ce contexte de marché fortement dégradé,
en particulier sur le marché de l’industrie, le site de Les Attaques est pénalisé par une baisse considérable de son activité. Cette dernière est structurellement déficitaire et cumule 4,6 millions de dollars de pertes depuis 2007. Le chiffre d’affaires usine a chuté de 30% depuis fin 2008. L’usine présente une surcapacité de production de 45% en moyenne.

Nous sommes aujourd’hui contraints d’envisager un projet de réorganisation qui consisterait à  transférer la plus grande partie de la production de Les Attaques sur les sites existants au sein du groupe CUNO dans le monde.La mise en œuvre de ce projet entraînerait la fermeture de l’usine de Les Attaques au second trimestre 2010 et impliquerait la suppression de 96 postes.

Pour minimiser l’impact social de ce projet, nous nous engageons d’ores et déjà à tout mettre en œuvre, grâce à un dialogue constructif avec les partenaires sociaux, pour proposer des mesures
d’accompagnement social adaptées à la situation des salariés de Les Attaques.

La 1ère réunion de la procédure d’Information-Consultation avec les partenaires sociaux a été fixée au 20 octobre prochain.

Nous vous tiendrons  informés de l’évolution de ce projet.

Cordialement,


Luc ROUSSELET     Alain SIMONNET
Directeur Supply Chain  France     Directeur Général Marchés Industrie et Transport

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #3M FRANCE

Repost 0

Publié le 29 Septembre 2009

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2009


UNE PRÉTENDUE SORTIE DE CRISE, UN VRAI TROMPE-L’ŒIL
Le gouvernement prétend que la France est sortie de la récession alors que les perspectives en termes d’emplois restent très négatives. On ne dénombre pas moins 3,9 millions chômeurs.

Avec une hausse de 0,3% au deuxième trimestre 2009, la France aurait renoué avec la croissance après quatre trimestres consécutifs de récession. C’est en tout cas ce que veut croire le gouvernement. «On a fait une croissance positive au deuxième trimestre, on va refaire une croissance positive au troisième trimestre», a déclaré dimanche la ministre de l’Économie Christine Lagarde. Sauf qu’en décortiquant les «composantes» de ce taux de croissance, publiées vendredi par l’INSEE, il n’y a pas vraiment de quoi se réjouir si vite. Une hirondelle n’a jamais fait le printemps!

Ce sursaut est surtout imputable à une timide reprise des exportations (autour des 1% au second trimestre 2009) alors que ces dernières affichaient encore une baisse de plus de 7% au trimestre précédent. Le salut est venu en particulier de la branche automobile dont les ventes à l’étranger ont tiré les exportations françaises avec un rebond de la production automobile (+5,6% au second trimestre 2009), dont l’évolution était encore largement négative au premier trimestre (-10%). L’instauration de la prime à la casse, notamment en Allemagne, aura indéniablement joué un rôle positif. Et si les
indicateurs de l’INSEE laissent penser que le point bas de l’activité pourrait avoir été atteint, rien ne permet pour autant de présager une sortie de crise.

L’investissement a continué en effet sa décrue. Sur l’année 2009, les investissements dans l’industrie pourraient même chuter de 23%, les entreprises peinant toujours autant à remplir leurs carnets de commandes. La baisse de l’activité devrait même se poursuivre et dans la plupart des branches industrielles, prévoit l’INSEE. Outre des commandes en berne, la baisse des investissements s’explique également par les difficultés des entreprises, en particulier les PME, à accéder au crédit bancaire. Malgré les remontrances médiatisées de l’Élysée, les banques ne jouent toujours pas le jeu, la Banque de France attestant d’un resserrement des conditions de crédit au deuxième comme au troisième trimestre 2009.

La grande faiblesse des signes de reprise se ressent naturellement dans les derniers chiffres du chômage publiés jeudi par le ministère de l’emploi. Ils font état d’une hausse de 0,9% (+32.200 personnes) à la fin août par rapport à la fin juillet et de 20,4% sur un an. La France comptabilise désormais 2.553.300 inscrits à Pôle Emploi (catégorie A, c’est-à-dire à la recherche d’un emploi et n’ayant pas travaillé dans le mois). Au total, on dénombre 3.923.200 chômeurs toutes catégories confondues et DOM- TOM inclus.

Selon FO, le chômage pourrait encore augmenter sous l’effet de l’entrée sur le marché du travail des nouveaux diplômés mais aussi des centaines de milliers de personnes qui arriveront au terme de leurs dispositifs de reclassement, stages et autres formations. À moins qu’ils ne soient découragés et ne s’inscrivent même plus sur les listes de demandeurs d’emploi… et faire le bonheur du gouvernement.

http://www.force-ouvriere.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #JOUR APRÈS JOUR

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2009




Bonjour à tous

Suite à la deuxième réunion de concertation sociale qui a eu lieu vendredi
25 septembre à Cergy.

Nous n’avons obtenu aucunes avancés, nous avons même régressé.

Nous craignons que si la société s’obstine dans la voix qu’elle souhaite
prendre. Nous allons finir dans le mur.

Nous le répétons la filiale ne se fera pas uniquement sur le dos des
salariés de SOA.

Deux réunions sont encore prévues avant le prochain CCE du 14 Octobre.

Nous nous y rendrons sans grande illusion.


A bon entendeur.


Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #3M FRANCE

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2009

Mise à jour

L'article est dispo là
Après 5minutes30 du début
JT De 20h le Jeudi 24/09

http://jt.france2.fr/20h/





Bonsoir

FRANCE 2 a contacté Laurent pour faire un suivi du devenir des N'OUVRIERS de Pithiviers.










Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #3M FRANCE

Repost 0

Publié le 24 Septembre 2009


G20 – PITTSBURGH : LES SYNDICATS SOUTIENNENT LA TAXATION DES TRANSACTIONS FINANCIÈRES


La CGT-FO fait partie de la délégation syndicale internationale réunie en parallèle du G20 à Pittsburgh (Etats-Unis) les 23 et 24 septembre.

L’objectif des syndicats est de peser pour que la déclaration finale du G20 prenne en compte les positions syndicales sur les questions économiques, financières, sociales et environnementales.

Plusieurs rencontres auront lieu le 24 septembre avec les chefs d’Etat et de gouvernements présents ainsi qu’avec les institutions économiques et financières (FMI, OCDE), commerciales (OMC) et bien sûr avec le BIT (Bureau International du Travail), qui est désormais invité comme le demandaient les syndicats.

Les syndicats mettent l’accent sur la nécessité de maintenir les politiques de relance et de soutien de l’économie alors que les signes de reprises, qu’invoquent les partisans d’un retour aux affaires habituelles, demeurent très incertains et sont en réalité le fruit des interventions des Etats dans l’économie.

Au-delà, les syndicats entendent que l’on n’en revienne pas au système qui a conduit à la crise plongeant des millions de travailleurs dans le chômage et la pauvreté. L’OIT comme l’OCDE estiment que le chômage risque d’augmenter de façon importante (en 2009 le nombre de chômeurs pourrait s’être accru de 59 millions dans le monde).

Cela passe pour les syndicats par des résolutions fermes en faveur de politiques économiques créatrices d’emplois productifs, respectant les normes internationales du travail de l’OIT. Cela demande aussi une politique coordonnée au plan international redistribuant les richesses vers les travailleurs et les populations (augmentation des salaires, mise en place et renforcement de la protection sociale, service public). A cette fin, la délégation syndicale soutient résolument la mise en œuvre d’une taxation des transactions financières et d’une fiscalité progressive.

Cela exige aussi une réglementation effective de l’économie et de la finance contre la spéculation, les bonus et les paradis fiscaux (les syndicats contestent en particulier l’absence de transparence du Conseil de stabilité financière et considèrent indispensable que les politiques et le fonctionnement du FMI soit réformés). Dans leur déclaration, les syndicats mettent en avant que les bonus provisionnés en 2008 par les 9 plus importantes banques américaines s’élevaient à 32,6 milliards de $, soit l’équivalent du financement nécessaire de trois années du programme d’accès universel à l’éducation et à la santé des 68 pays les moins développés.

Pittsburgh, le 24 septembre 2009

http://www.force-ouvriere.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2009







Le 7 octobre 2009
aura lieu, pour la deuxième année, la Journée Mondiale pour le Travail Décent (JMTD) à l’initiative de la CSI (Confédération syndicale internationale).
A cette occasion, la CSI appelle les syndicats dans le monde à mettre en avant l’exigence pour tous les travailleurs du droit à un «travail décent», c'est-à-dire à un emploi respectant les normes de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) et à une protection sociale collective.
De nombreuses réunions publiques, actions d’informations et autres manifestations dirigées vers les médias et les gouvernements auront lieu à l’initiative des syndicats.
Cette revendication est d’autant plus urgente que «la crise économique menace les emplois et le futur des personnes aux quatre coins du monde». L’OIT craint une augmentation du nombre de chômeurs de près de 59 millions d’ici la fin de l’année à travers le monde. Le nombre total de travailleurs pauvres dans le monde pourrait atteindre à 1,4 milliard.
Avec la CSI, la CGT FO dénonce «des décennies de déréglementation et l’avidité et les énormes bénéfices d’une petite minorité qui ont plongé le monde dans la plus grande récession depuis les années 1930».
Outre son action quotidienne au plan national comme dans les entreprises avec les délégués FO auprès de salariés, la CGT FO agit au plan international en permanence et en particulier face à la crise depuis plus d’un an: participation aux réunions syndicales internationales parallèles au G20 et au G8, participation avec l’ensemble des travailleurs à la Conférence internationale du travail en juin à l’OIT qui a donné lieu à un débat sur un Pacte mondial pour l’emploi fondé sur la liberté syndicale et le droit de négociation collective), manifestations syndicales en Europe en mai 2009 (Bruxelles, Berlin, Prague, Madrid)…





Conférence internationale du Comité Confédéral de la CGT FO – 7 octobre 2009
Le 7 octobre, dans le cadre de la réunion de son Comité confédéral national, la CGT FO organisera un meeting – débat avec l’intervention de syndicalistes étrangers, consacré à la crise et à l’action syndicale internationale.



Ordre du Jour

Ouverture : Marie Suzie Pungier (Secrétaire confédérale CGT FO – Secteur Economie Développement durable)
Jerald Zellolfoer de l’AFL CIO (Etats-Unis) qui fera notamment le point sur l’action syndicale aux Etats-Unis, quelques jours après qu’ait eu lieu le dernier congrès de l’AFL CIO, et en particulier sur la Campagne syndicale sur la Réforme du système de santé et sur la modification de la loi sur le droit syndical (Employment Free Choice Act);
Cai Chongguo (China Labour Bulletin), militant pour la liberté syndicale en Chine, qui vient de publier  J’étais à Tienanmen  à l’occasion du XXe anniversaire de la répression tragique du mouvement démocratique de 1989;
Dan Cunniah (BIT ACTRAV), Directeur du bureau des activités des travailleurs de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) à Genève qui fera le point sur l’action de l’OIT face à la crise;
Mokthar Ferdassoui (GSTM), responsable du Groupement pour la Solidarité avec les Travailleurs Migrants et Président du Conseil National des Marocains de France, qui fera le point sur la situation des travailleurs migrants face à la crise.
Jean Claude Mailly, Secrétaire Général de la CGT-FO confluera cette conférence qui ouvrira les travaux du Comité confédéral national.

Conférence nationale FO de délégués syndicaux d’entreprises – octobre 2009
Le 7 octobre, pour FO, préparera l’organisation d’une Conférence nationale FO de délégués syndicaux dans les entreprises en France confrontées aux conséquences de la crise. Cette conférence qui sera réunie fin octobre a pour objectif de coordonner et de renforcer l’intervention syndicale pour la défense des droits des salariés contre les suppressions d’emploi, délocalisations, blocage des salaires au prétexte de la crise ...




CSI


Confédération Syndicale Internationale
www.ituc-csi.org

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2009


Le virus H1N1 fait couler beaucoup d’encre, notamment dans les ministères. Celui du Travail n’a pas été épargné et dans deux circulaires au début de l’été a rappelé le rôle de la médecine du travail mais aussi celui de l’entreprise en cas de pandémie, notifiant les obligations mais aussi les possibilités d’aménagements temporaires et de dérogations au Code du Travail qui du même coup peut lui aussi être grippé.



Le Ministère du travail a publié 2 circulaires sur la pandémie grippale: l’une du 26 juin 2009 mettant l’accent sur le rôle des médecins du travail (DGT 2009/15), l’autre du 3 juillet 2009 rédigée sous forme de questions-réponses indiquant notamment les obligations pesant sur les employeurs (DGT 2009/16).

Le rôle du médecin du travail:

Il informe les employeurs et les salariés sur la nature du risque et les mesures à prendre pour s’en protéger (lavage des mains, nettoyage des poignées de porte, des claviers d’ordinateurs, port de masques, solution hydro alcoolique…). Cette information s’adapte à la situation de chaque entreprise. Il les conseille dans l’achat du matériel et s’assure que les salariés disposent des moyens propres à assurer leur hygiène.

Il participe à l’élaboration du plan de continuation d’activité. Le médecin du travail devra prévoir notamment les mesures destinées à freiner la contagion, organiser la surveillance des salariés maintenus en activité dans l’entreprise, adapter les mesures de protection en fonction des catégories de salariés.

Les devoirs de l’employeur:

L’employeur doit actualiser le document unique afin de tenir compte du risque de pandémie grippale. Ce document doit prévoir les mesures à prendre en mode de fonctionnement dégradé (aménagement des locaux, réorganisation du travail, affectation sur un nouveau poste de travail). Il doit prévoir des mesures de prévention afin de freiner la contagion (nettoyer les locaux, informer les salariés sur la nécessite de se laver les mains, mettre à disposition du matériel d’hygiène, limiter le nombre de réunions, encourager les visioconférences, les communications par e-mail ou par téléphone, favoriser le travail dans des bureaux individuels, éviter tout regroupement de personnes, les poignées de main, assurer une bonne aération des locaux: au moins 10 minutes plusieurs fois par jour) et de protection des salariés en fonction du risque d’exposition au virus (port de masques et/ou de gants pour les salariés en contact étroit et régulier avec le public, pour ceux chargés de la gestion des déchets…). Toute mesure arrêtée devra être répercutée vers les sous-traitants et intervenants extérieurs.

L’employeur peut - mais ce n’est pas une obligation - établir un plan de continuation d’activité. Ce plan, recommandé par les pouvoirs publics, concerne toutes les entreprises quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. Il identifie et hiérarchise les missions devant être assurées en toutes circonstances, celles pouvant être interrompues ou exercées à distance (télétravail) et détermine les moyens humains et matériels nécessaires à la poursuite des activités indispensables. Les institutions représentatives du personnel (CE, à défaut DP, et CHSCT) sont consultées sur son contenu.

En cas de fonctionnement dégradé de l’entreprise, l’employeur peut, sous certaines conditions décrites par la circulaire, aménager le temps de travail de ses salariés (obligation d’effectuer des heures supplémentaires; déroger sur autorisation de l’inspecteur du travail à la durée maximale quotidienne ou hebdomadaire de travail; en cas de travaux urgents après consultation des IRP et information de l’inspecteur du travail: suspendre le repos hebdomadaire, déroger au repos quotidien de 11 heures; utilisation des astreintes…). Il peut aussi:

– recourir au prêt de main d’œuvre, dès lors que l’opération ne poursuit pas un but lucratif (art. L.8241-1 du Code du travail);

– instituer le télétravail. Si un accord collectif institue le télétravail, l’employeur doit respecter les dispositions de cet accord. A défaut d’accord, la mise en place du télétravail suppose la consultation du CE et du CHSCT. Dans tous les cas, l’employeur doit recueillir l’accord écrit du salarié (bien préciser que la modification ne vaut que pour la durée de la crise). Il doit lui fournir, installer et entretenir le matériel. Le salarié doit bénéficier de contreparties financières pour l’utilisation de son domicile à des fins professionnelles;

– modifier ou aménager la prestation de travail (nouveaux horaires de travail, aménagement de poste, des lieux de travail, remplacement de salariés absents…). Si la modification ne concerne que les conditions de travail, le salarié ne peut, en principe, s’y opposer. Son refus peut justifier un licenciement pour faute. Si la modification concerne un élément du contrat de travail, l’accord écrit du salarié doit être recueilli et son refus ne peut, à lui seul, justifier un licenciement.

La circulaire insiste sur le fait que les modifications devront être temporaires (durée de la crise), proportionnées (privilégier dans la mesure du possible uniquement la modification des conditions de travail) avec le but recherché (maintien des activités essentielles) et en rapport direct avec les contraintes subies (fonctionnement dégradé). Le risque pandémique n’exonère pas l’employeur de son obligation de respecter les procédures à suivre, propres à chaque modification, instituées par le Code du travail (ex.: modification des horaires collectifs ou individualisés de travail).

L’employeur ne peut contraindre un salarié à se faire vacciner. Il ne peut pas non plus exiger de lui qu’il reste à son domicile, sauf à lui octroyer un congé exceptionnel rémunéré. En cas de doute sur l’état de santé d’un salarié, il doit avertir la médecine du travail, fournir au salarié un masque chirurgical et pour ses collègues un masque de type FFP2 et l’inviter à se rapprocher le plus rapidement possible de son médecin traitant. Le salarié ne pourra exercer son droit de retrait que dans le cas où l’employeur n’aura pas pris les mesures nécessaires pour assurer sa protection, édictées par le Code du travail et les recommandations nationales (sur le droit de retrait, voir la chronique FOH du 6 février 2009). Le seul fait de craindre une contamination dans les transports ou sur le lieu de travail ne justifie pas l’exercice de ce droit.




http://www.force-ouvriere.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #FO

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2009

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #Presse Syndicale

Repost 0