Article Le Parisien 3M Beauchamp

Publié le 22 Juin 2017

L’entreprise 3M France a annoncé ce jeudi aux représentants du personnel un projet de réorganisation industrielle, avec la fermeture du site de Beauchamp.

« Même si on s’y attendait, le ciel nous tombe sur la tête. » Les salariés de l’usine 3M de Beauchamp sont sous le choc. La direction de 3M France a informé, ce jeudi, les membres du comité central d’entreprise (CCE) et du comité d’établissement (CE) d’un projet de réorganisation industrielle. Il prévoit l’arrêt des activités de production et la fermeture du site pour le premier trimestre 2019.

C’est le coup de grâce pour les 280 employés concernés par les suppressions de postes dans cette usine historique, la première créée par le groupe en France en 1951. Leur nombre n’avait déjà cessé de diminuer ces dernières années, à mesure que les activités étaient délocalisées en France et, plus souvent, à l’étranger. L’effectif passant de 1 160 personnes en 1984 à 350 aujourd’hui, sans compter les sous-traitants. Non concernée par le plan, la soixantaine d’employés du Centre technique client (CTC) rejoindra probablement le siège social de Cergy, ou s’en rapprochera.

Pour justifier sa décision, la direction explique être « confrontée depuis plusieurs années à une hausse significative de ses coûts de production et à une baisse de ses volumes ». Une situation économique qui « pèse durablement sur la compétitivité du site », dont « les résultats prévisionnels sur les trois prochaines années indiquent une aggravation de la situation opérationnelle d’ici 2019 ».

 

La maire (SE) Francine Occis : « Pour les habitants, 3M, c’est notre usine » 

LP/Ma.P. 

L’annonce de la fermeture de l’usine 3M a également été très mal accueillie par la municipalité de Beauchamp. « C’est une très mauvaise nouvelle », lâche, « abasourdie », la maire (SE) Francine Occis. « Pour les habitants de Beauchamp, 3M, c’est notre usine. On y est très attachés. Tout le monde connaît quelqu’un qui travaille ici ou y a travaillé. On savait que l’avenir du site était menacé et qu’un jour ou l’autre ça arriverait, mais ça fait mal d’apprendre qu’ils vont fermer. »

Touchée par l’avenir incertain des 280 employés, l’édile s’est « mise en relation avec Yannick Boëdec », le président de l’agglomération du Val Parisis qui gère les zones industrielles de son territoire, « pour essayer de les aider au maximum ». L’absence à venir d’entreprises sur ce site de 40 ha, soit 10 % de la ville, inquiète également la maire. « Si aucune entreprise n’arrive, ce sera une baisse de revenus énorme pour l’agglomération », glisse Francine Occis.

« 3M n’a pas énormément investi, déplore Alain Doublet, délégué FO représentant du personnel. On se retrouve avec des produits âgés et des technologies dépassées pour les produire. Cela a créé des conditions défavorables pour les productions restantes. »

La direction affirme s’être déjà mise en quête de repreneurs potentiels, « dans l’optique de développer une nouvelle activité industrielle favorisant le recrutement de collaborateurs du site ». Elle promet aussi mettre en œuvre « un plan d’accompagnement de chaque collaborateur concerné, afin d’aboutir à un maximum de reclassements internes et externes ».

Une hypothétique reprise à laquelle ne croient pas les délégués syndicaux. « Il suffit de se promener dans les zones industrielles voisines pour s’apercevoir que les locaux sont obsolètes », pointe Jean-Claude Carré, délégué CFE-CGC et secrétaire des CE et CCE. « Il y a un poteau tous les 10 mètres. Quelle entreprise voudra investir ici ? » s’interroge à son tour Alain Doublet.

Les négociations entre la direction et les syndicats ne devraient pas débuter avant la rentrée. « On va se battre pour que les salariés soient traités avec dignité et retrouvent du travail », annonce Jean-Claude Carré. « Les gens vont partir en vacances la boule au ventre et rentrer le moral dans les chaussettes… », fustige son collègue Alain Doublet.

 

  leparisien.fr

Rédigé par FO 3M SOA

Publié dans #3M FRANCE

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article